lat. 44.65824437413246
long. 6.603748798370361

Plan de Phazy

Au rond-point du Queyras sur le RN 94, prendre la direction de Guillestre. Au premier rond-point, prendre à droite (D86a). A 800 mètres prendre à gauche une petite route qui conduit à un parking accessible aux bus.

 

La faille de la Durance suit une direction NNW-SSE du Plan de Phazy à la Roche de Rame et l'Argentière. Il s'y trouve une source thermo-minérale dont les eaux chaudes remontent des profondeurs grâce à la faille de la Durance. Les fréquents tremblements de terre montrent que la faille de la Durance est encore active.

Deux sources jaillissent au pied des rochers de Barbein en deux griffons principaux, la Rotonde et la Vigne, entourés d'une croûte de tufs ferrugineux.

L'utilisation de ces sources date du séjour des Romains en Gaule, mais c'est au XIXe siècle, en 1824, que fut construit l'établissement thermal de la Rotonde, qui fonctionna jusqu'en 1935, date à laquelle un séisme l'ébranla. La sortie d'eau s'était déplacée plus bas, et on dut faire des travaux pour que la source coule de nouveau à un niveau suffisant. L'eau s'écoule de la Rotonde à la route N94 (sur environ 200 m). Elle passe d'abord dans quatre bassins circulaires d'environ 4 mètres, puis chemine dans un chenal situé sur un mur naturel étroit, d'une hauteur d'environ 2 mètres dominant un champ de végétation clairsemée, coloré par les eaux (jaunâtre teinté de rouge et blanc). Le griffon de la source et les exutoires des bassins sont entourés d'un dépôt de tuf calcaire coloré en rouge par les oxydes de fer. On peut voir aussi quelques îlots blanchâtres d'origine magnésienne. L'eau qui sort de la source est à 28 °C et son débit est de 75 l/min.

La source de la Vigne, s'écoulant à travers les plantations de vignes, n'a jamais été exploitée. Sa température est de 26 °C et son débit de 300 l/min. Ses caractéristiques ne sont guère différentes de celles de la Rotonde.

L'alimentation de ces sources est à rechercher, en amont, là où la couverture imperméable de schistes noirs (flyschs) a été déblayée par l'érosion.

Les eaux de ruissellement s'infiltrent dans les terrains d'âge triasique de nature variée :
- calcaires (carbonate de calcium)
- dolomies (carbonate de calcium et de magnésium)
- cargneules (carbonates de calcium, magnésium et sulfates)
- gypse (sulfates de magnésium)

Elles atteignent ensuite le substratum d'âge permien et le socle peu ou pas perméables : laves andésitiques, rhyolitiques, et autres roches cristallines (granitoïdes) susceptibles de céder de la silice, du fer et des phosphates.

L'eau circule à la faveur des fractures, diaclases, pores des roches. En s'enfonçant, elle se réchauffe et acquiert sa radioactivité au contact du socle.

Le degré géothermique moyen est une augmentation de 1 °C pour une augmentation de profondeur de 33 mètres ; ici, par suite d'une remontée du socle, la radioactivité et le degré géothermique sont plus élevés.

Cette élévation de température du fluide facilite la mise en solution des terrains traversés, l'eau se minéralise fortement avant d'être drainée vers le Plan de Phazy et la Durance à la faveur de failles.

Les émergences, bien que présentant des variations quantitatives, seraient issues d'un même courant souterrain dont la composition serait localement modifiée (apports superficiels d'eau douce par exemple).

   Rotonde  Vigne
Température
Densité à 15 °C
pH
Débit en l/min
Radioactivité
Minéralisation
28,5 °C
1,0063
6,5
75
traces
7 g/l
26 °C
1,0039
6,6
300
traces
7 g/l
   
                                                                                                                                                                   
Composition en mg/l
Ca2+
Mg2+
Na+
HCO3-
Cl-
SO42-
Fer
Source de la Rotonde
605
100
1450
965
2165
1265
0,6
  (Institut Pasteur de Lyon, 1994)
La vue est également intéressante sur la rive opposée de la Durance :

De gauche à droite, on voit apparaître au-dessus des pentes molles et ébouleuses du Flysch de l'Embrunais, un ressaut portant le hameau de Réotier, ressaut dans lequel deux ensembles accolés subverticalement se distinguent par la patine des affleurements :
- à gauche, une première unité briançonnaise, dépendant de la nappe dite de Roche Charnière, montre, en série renversée, les calcaires et les quartzites du Trias, sous une lame de roches volcaniques houillères, facilement reconnaissables à leur patine verte ;
- à droite, un ensemble de calcaires plaquetés plus gris, surtout jurassiques et crétacés, dépend d'une autre unité briançonnaise (Nappe de Champcella).
Plus à droite, les pentes s'adoucissent dans les gypses accompagnant la faille de la Durance.
Cette rive droite montre donc, comme la rive gauche, le chevauchement du Flysch de l'Embrunais par les unités briançonnaises frontales isolées du corps de leur zone par la faille tardive de la Durance.